Rechercher
Chaîne française > Infos > Chine > Article

La Chine, une véritable amie pour une Europe lourdement endettée (COMMENTAIRE)

Source: French. News. Cn | 10-31-2011 09:36

Taille du texte: T+ | T-  | Email

BEIJING, 30 octobre (Xinhua) -- Au moment où l'UE affronte sa pire crise depuis sa création en 1992, la Chine affiche une nouvelle fois sa bonne volonté envers le "Vieux continent" et son désir d'aider à assurer la survie de la zone euro.

"La Chine souhaite renforcer sa coopération avec l'UE et développer cette coopération dans les domaines du commerce, des investissements, de la technologie et des finances", a déclaré lors d'un point de presse jeudi la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Jiang Yu.

Ses remarques interviennent après que les dirigeants européens ont adopté jeudi matin un ensemble de mesures visant à alléger la crise de la dette dans la zone euro. En réponse, Beijing a accueilli favorablement ces mesures et a dit espérer que celles-ci soient "bénéfiques au renforcement de la confiance dans les marchés".

L'attitude active de la Chine a été bien reçue dans le Vieux Continent. "Si les Chinois, qui possèdent 60% des réserves mondiales, décident d'investir dans l'euro plutôt que dans le dollar, pourquoi refuser?" a déclaré jeudi le président français Nicolas Sarkozy.

Pourtant, la décision de la zone euro de faire appel à des pays émergents comme la Chine pour l'aider à résoudre la crise de la dette suscite des critiques en Europe, où des responsables politiques s'interrogent sur les contreparties à attendre de la part de Beijing.

En réalité, une Europe prospère et stable est importante pour la stabilité et le développement de la Chine. L'UE est le plus important partenaire commercial de la Chine et la Chine est le second partenaire commercial de l'UE.

Cette relation signifie que dans un contexte de crise un véritable ami comme la Chine doit intervenir. Beijing a en effet exprimé à maintes reprises son souhait d'aider le Vieux continent, et a déclaré que la Chine pourrait soutenir les mesures actives de l'Europe pour répondre à la crise financière.

"Nous devrions explorer les moyens de renforcer la coopération bilatérale sur la base d'un bénéfice réciproque", a précisé un porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Dans la dernière manifestation de solidarité à l'UE, le haut conseiller politique chinois, Jia Qinglin, a déclaré la semaine dernière lors sa visite en Grèce que la Chine était un investisseur à long terme dans la dette de la zone euro et continuerait à soutenir l'Europe et l'Euro à l'avenir.

Ces gestes de bonne volonté de Beijing sont donc une bonne réponse à ceux qui considèrent la Chine comme une menace pour l'Europe.

En dépit de différends dans les domaines politiques, économiques et culturels, la Chine et l'UE sont de bons amis et partenaires, et peuvent coopérer de manière mutuellement bénéfique.

Cependant, dans ce contexte de crise sans précédent en Europe, la Chine ne peut ni jouer un rôle salvateur auprès des Européens, ni fournir de remède au malaise en Europe.

Evidemment, seuls les pays de l'Union européenne peuvent résoudre la crise de la dette européenne. Mais, la Chine en tant qu'amie du Vieux continent pourra lui venir en aide.

Les leaders de l'UE sont parvenus jeudi à Bruxelles à un accord pour lutter contre la crise de la dette. Ce plan de sauvetage comprend notamment l'augmentation de la force de frappe du Fonds européen de stabilité européenne (FESF) à 1 000 milliards d'euros et la réduction de 50% de la dette grecque.

Mais cet accord n'est que le début d'un processus long et difficile. Davantage d'efforts de concertation seront nécessaires à la résolution de la crise de la zone euro.

Ce thème sera sans doute un des sujets centraux lors du prochain sommet du G20 qui se tiendra à Cannes (France) les 3 et 4 novembre prochains. la Chine espère que ce sommet aidera à relever les défis rampants d'une contagion de la crise financière européenne, à restaurer la confiance dans les marchés financiers et à relancer la croissance économique mondiale.

Il est souhaitable que lors du sommet, les dirigeants européens tiennent compte de l'opinion des économies émergentes, puisque ces dernières seraient susceptibles de contribuer de manière remarquable au redressement et à la croissance économique mondiale.


Rédacteur: Zhang Yan