Rechercher
Chaîne française > Infos > Chine > Article

Texte intégral : Rapport d´activité du gouvernement chinois

Source: French. News. Cn | 03-21-2012 12:30

Taille du texte: T+ | T-  | Email

Dossier

BEIJING, 15 mars (Xinhua) -- Voici le texte intégral du Rapport d'activité du gouvernement présenté par le Premier ministre chinois Wen Jiabao, lors de la 5e session annuelle de la 11e Assemblée populaire nationale (APN, parlement chinois) le 5 mars 2012 à Beijing.

Camarades député(e)s,

Au nom du Conseil des affaires d'État, j'ai l'honneur de soumettre à l'examen de la présente session de l'Assemblée le rapport sur le bilan de l'action gouvernementale; j'invite par la même occasion les membres du Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois, qui assistent aux travaux de la présente session, à nous faire part de leurs remarques sur ce rapport.

I. BILAN DU TRAVAIL ACCOMPLI EN 2011

L'année passée, confronté à un environnement politico-économique international complexe et changeant et à de lourdes tâches à accomplir dans la réforme et le développement du pays, notre peuple multiethnique, vibrant d'une même volonté et en conjuguant ses efforts, a remporté, sous la direction du Parti communiste chinois, des succès remarquables dans la réforme, l'ouverture sur l'extérieur et la modernisation socialiste: le PIB s'est chiffré à 47 200 milliards de yuans, soit une hausse de 9,2%; les recettes budgétaires ont atteint 10 370 milliards de yuans, soit une augmentation de 24,8%; la production céréalière s'est élevée à 571,21 millions de tonnes, établissant un nouveau record; 12,21 millions de nouveaux emplois ont été créés dans les agglomérations urbaines; le revenu net moyen des citadins a augmenté de 8,4%, et celui des ruraux de 11,4%. Nous avons étayé et même accru le champ de nos succès dans notre lutte contre la crise financière internationale, inaugurant le XIIe Plan quinquennal sous des auspices prometteurs.

Pendant l'année écoulée, nous nous sommes consacrés essentiellement à l'accomplissement des tâches suivantes:

I) Renforcement et amélioration du contrôle macroéconomique et restriction de l'envolée des prix afin de réaliser un développement régulier et relativement rapide de notre économie. Nous avons appliqué une politique budgétaire de relance et une politique monétaire prudente, continué de bien traiter les rapports entre le maintien d'un développement régulier et relativement rapide de l'économie d'une part, et la restructuration économique et le contrôle des anticipations inflationnistes de l'autre. Nous nous sommes attachés à maîtriser les priorités, l'intensité et le rythme de la mise en œuvre de nos politiques, à contrôler l'économie avec prudence et souplesse, en temps opportun et dans une mesure appropriée, de manière à rendre notre action mieux ciblée, plus flexible et plus prospective. Alors que les anticipations inflationnistes mondiales ne cessaient de s'accroître, que le prix des produits primaires essentiels fluctuait tout en restant à un niveau élevé sur le marché international, que le prix des facteurs de production internes montait notablement et que l'offre de certains produits agricoles demeurait insuffisante, nous avons, face à cette situation difficile, fait de la stabilisation des prix la priorité de notre contrôle macroéconomique, adopté une approche intégrée et recouru de façon appropriée aux instruments de la politique monétaire pour réajuster la croissance du volume global de l'offre monétaire et du crédit. En même temps, un grand effort a été consenti pour développer la production, garantir l'offre des produits, réactiver leur circulation et renforcer nos contrôles. Grâce à ces mesures, l'envolée de l'indice des prix à la consommation (IPC) et de celui des prix à la production (IPP) s'est ralentie progressivement depuis le mois d'août, ce qui a mis un frein à cette vertigineuse flambée des prix. Au second semestre, l'économie mondiale est entrée dans une phase d'instabilité et d'incertitude encore plus marquée et notre économie a rencontré de nouveaux problèmes. Dans cette situation, nous avons d'une part poursuivi l'orientation de notre contrôle macroéconomique, maintenu la stabilité essentielle de notre politique pour continuer de contenir l'inflation; d'autre part, nous avons adéquatement veillé à opérer en temps utile des microrégulations et régulations préliminaires, amélioré la concordance entre la politique industrielle et celle du crédit, et renforcé les réductions fiscales structurelles. Nous nous sommes efforcés de prendre des mesures ciblées pour régler les contradictions aiguës dans le fonctionnement économique: nous avons donné la priorité au développement de l'économie réelle, surtout des petites entreprises et microentreprises; nous avons privilégié la mise en œuvre des projets visant à améliorer le niveau de vie de la population, notamment les capacités de logement social; nous avons accordé une grande importance à la fourniture des capitaux nécessaires aux grands projets de construction en cours et à ceux dont le financement s'étale sur plusieurs exercices budgétaires. Nous avons renforcé fermement notre contrôle sur le marché immobilier, afin que les mesures de contrôle et de régulation adoptées soient effectivement appliquées et portent fruit. Ainsi, la demande à des fins spéculatives et d'investissement a été freinée, si bien que le prix du logement a baissé mois après mois dans la plupart des villes. Les effets de nos contrôles se font de plus en plus sentir. Nous avons veillé à prévenir et à résorber les risques financiers latents. S'agissant de la dette des instances locales, grâce à un audit intégral, nous connaissons désormais le montant total, l'origine, les échéances et la répartition régionale des dettes des gouvernements locaux accumulées pendant de longues années. Certes, ces dettes gouvernementales ont joué un rôle positif dans le développement économique et social et donné naissance à un volume important d'actifs de qualité, mais elles présentent aussi des risques latents, et sont surtout susceptibles d'engendrer des risques locaux dans les régions où la solvabilité est plutôt faible. Il a été procédé, en même temps qu'à des opérations d'acquittement, de remise en ordre et de réglementation des dettes gouvernementales, à un audit intégral et consciencieux afin de juguler leur augmentation. Nous avons réglé, énergiquement mais sans précipitation, les problèmes de remboursement existants et assuré le financement continu des projets de construction en cours. Pour le moment, nos dettes gouvernementales sont encore contrôlables et ne présentent pas de risques. Dans l'ensemble, l'économie nationale a progressé dans le sens de nos objectifs macroéconomiques, de telle sorte qu'elle a vu se renforcer continuellement son aptitude à surmonter les crises et connu une évolution favorable caractérisée par un rythme de croissance relativement rapide, une tendance à la stabilisation des prix, une rentabilité satisfaisante et une amélioration des conditions de vie.