Rechercher
Chaîne française > Infos > Monde > Article

France/présidentielle : réactions politiques au duel télévisé Hollande-Sarkozy

Source: French. News. Cn | 05-04-2012 10:46

Taille du texte: T+ | T-  | Email

PARIS, 3 mai (Xinhua) -- Le débat d'entre-deux-tours qui a opposé mercredi soir le président-candidat Nicolas Sarkozy (Union pour un mouvement populaire, UMP) à son rival François Hollande (Parti socialiste, PS) a été suivi par 17,8 millions de téléspectateurs et a suscité de nombreuses réactions politiques, la droite défendant la prestation de M. Sarkozy et la gauche celle de M. Hollande.

"J' ai eu du plaisir à faire ce débat (...) Je pense qu' il n' a pas abaissé la vie politique. Il a été fort, au sens où nous ne nous sommes pas fait de concessions excessives, mais qu' il a été en même temps respectueux", a déclaré jeudi matin le président français, Nicolas Sarkozy, au micro de RTL.

"Je pense qu' il y a des millions et des millions de gens qui l' ont regardé et j' espère que pour eux faire un choix sera plus facile après le débat qu' avant", a ajouté le président sortant.

Donné perdant avec environ 46 % des suffrages au 2nd tour, M. Sarkozy a estimé que "jamais une élection n' aura été aussi indécise" et que "jamais les choses ne se détermineront autant au dernier moment".

"Mon objectif était que tout soit dit et soit clairement dit", a pour sa part déclaré jeudi matin François Hollande sur France Inter.

"Faire admettre par le candidat sortant qu' il y avait bien eu une augmentation d' impôt et qu' il y avait eu un allègement des contributions des plus riches c' était l' objectif que je m' étais assigné et je l' ai atteint", a ajouté le candidat socialiste, crédité d' environ 53 % des intentions de vote au 2nd tour.

"Je pensais que ça serait âpre et ça l' a été. Je savais que ça serait rude car Nicolas Sarkozy voulait être pugnace et en même temps je savais que j' avais beaucoup de choses à dire sur le bilan du candidat sortant, sur sa méthode, ses démarches, sur parfois ses exagérations, ses outrances. Donc je savais qu' il y aurait par moments dans le débat une tension", a-t-il par ailleurs estimé jeudi matin sur France 2.