Rechercher

Le Yangyang - les mascottes des 16e Jeux Asiatiques de 2010

Source: | 10-12-2010 15:07

Taille du texte: T+ | T-  | Email

Le Yangyang est le nom combiné de cinq boucs, tous sportifs et mignons à croquer, qui endossent le rôle de mascotte officielle des 16e Jeux asiatiques. Ces mascottes illustrent une partie de l'histoire et de la culture unique de Guangzhou.

Le Yangyang - les mascottes des 16e Jeux Asiatiques de 2010

Chaque bouc a un nom qui est clairement cantonais dans son style : A Xiang, A He, A Ru, A Yi et Le Yangyang. Comme les Fuwa des JO, lorsque leurs noms sont lus l'un après l'autre, cela donne « Xiang he ru yi le yangyang », ce qui exprime l'espoir de la population de Guangzhou que les 16e Jeux asiatiques apportent la paix, la prospérité, le succès et le bonheur aux peuples d'Asie, et remplissent l'objectif de « Jeux réussis et Asie harmonieuse ».

L'apparence des mascottes s'inspire largement d'une légende de la ville de Guangzhou. Selon celle-ci, il y a bien longtemps, les terres agricoles de Guangzhou s'étaient asséchées, entraînant la famine. Les habitants ne pouvaient rien faire d'autre que de prier le Ciel. Touchés par leur piété, cinq immortels sont descendus des cieux, chevauchant des boucs de couleurs différentes. Les Immortels ont offert de la nourriture aux affamés et promis que la disette disparaîtrait. Ils ont disparu dans le ciel en laissant leurs chèvres, qui se figèrent en pierre.

Le Yangyang - les mascottes des 16e Jeux Asiatiques de 2010

Depuis cette période, Guangzhou n'a cessé d'avoir de bonnes récoltes, et s'est développée pour devenir l'une des villes les plus prospères du sud de la Chine. Les cinq boucs sont devenus le symbole le plus connu de Guangzhou.

La chèvre est également associée avec la culture chinoise traditionnelle, particulièrement dans les caractères chinois, la nourriture, l'étiquette et l'esthétique. Dans la langue chinoise antique, le caractère «羊» (yang, bouc) est identique au caractère «祥» xiang, chance. Le caractère «美» (mei, beau) est une combinaison des caractères «羊» (yang, bouc) et «大» (da, grand), rappelant la croyance traditionnelle chinoise que les gros boucs sont magnifiques. Le bouc est également un animal qui porte chance dans plusieurs cultures asiatiques. En choisissant cet animal, Guangzhou espère que les mascottes vont toucher des gens de cultures et religions différentes à travers l'Asie, qui aimeront certainement ces mascottes à leur tour.


Rédacteur: Tao Ruogu