Rechercher
Chaîne française > Journal > Journal > Article

Wang Yafeng, le footballeur aveugle

Source: CNTV.CN | 03-10-2011 11:32

Taille du texte: T+ | T-  | Email

Dossier

Voir la vidéo

Ils sont Chinois et footballeurs. Ils sont arrivés troisièmes aux championnats du monde et deuxièmes au JO. Pourtant, la plupart des membres de l'équipe sont des amateurs. Ils sont masseurs ou scolarisés dans une école pour aveugles. Car oui, tous les membres de cette équipe sont aveugles. Aujourd'hui, notre héros est l'un d'eux, il s'appelle Wang Yafeng et c'est le premier athlète chinois à avoir obtenu le titre de "Monsieur Football" décerné par les organisateurs de la Coupe du monde de football pour aveugles."

 

Wang Yafeng, le footballeur aveugle

Sur le terrain, c'est le numéro 11, un attaquant, le maître artilleur de l'équipe de football pour aveugles de Chine: Wang Yafeng. Nullement handicapé par sa cécité, Yafeng court sur le terrain avec le ballon, dribble les défenseurs et envoie le ballon dans des cages défendues par un gardien voyant qui font la moitié de la taille de celles d'un terrain de football standard. Il y a cinq ans, Wang Yafeng n'aurait jamais imaginé que c'était possible. Aveugle de naissance, il ne perçoit que très vaguement la lumière.

Pour se préparer en avance aux Jeux paralympiques de Beijing, Wang Yafeng, son entraîneur et toute l'équipe sont partis de rien. La balle, ils ont commencé par la toucher, et puis ensuite, elle est devenue synonyme d'un bruit, celui émis par le ballon. Sur le terrain, tous les repères sont auditifs ou sensoriels: le ballon émet un son distinctif, le terrain est délimité par des barres de bois et les coéquipiers et les adversaires signalent leur présence en criant. Cachés derrière les filets, les guides sont les yeux de chaque équipe.

Et pour Wang Yafeng, la première étape de son apprentissage du football passe par un entraînement à la course.

Wang Yafeng

Membre de l'équipe chinoise de football pour aveugles

“Au début, l'entraîneur nous prend par la main et on commence à courir lentement. Ensuite on court et il nous pousse derrière. C'est très stressant. Il faut vraiment se jeter à l'eau. On a l'impression que quelqu'un nous pousse à nous heurter contre un mur. ”

Au début, Wang Yafeng n'osait pas lever les pieds pour courir, mais petit à petit, ses pieds ont décollé du sol. Wang et ses coéquipiers s'envolent alors dans les ténèbres.