Rechercher
Chaîne française > Journal > Journal > Article

Duan Liren, un passionné de la circulation

Source: CNTV.cn | 03-12-2011 10:01

Taille du texte: T+ | T-  | Email

Dossier

Voir la vidéo

C'est l'histoire d'un retraité. Un vieil homme qui parcourt depuis plus de dix ans les quatres coins de la Chine et du monde avec un appareil photo de fortune en bandoulière. Il n'aime pas filmer les paysages ni les hommes et n'est guère plus intéressé par les voyages. Non. Le véritable sujet de l'intérêt de ce globe-trotter du troisième âge, ce sont les routes. Voilà déjà cinq années qu'il se passionne pour les axes routiers et les embouteillages en tous genres. Il est vice-directeur du Bureau de la circulation routière de Beijing et professeur à l'université de Chang'an. Il s'appelle Duan Liren.

Lorsque l'on se rend pour la première fois chez Duan Liren, la première chose que l'on remarque, c'est sa bibliothèque. Cette petite pièce de 26 mètres carrés est tapissée de documents et d'albums. Il y a entreposé 300 000 photographies, l'oeuvre de plus de 40 années de collecte de documents pour ses recherches sur les embouteillages.

Duan Liren

Le papy qui vous voyez s'est occupé de problèmes de circulation pendant 40 ans. Et j'ai une manie: celle de collectionner les documents. J'ai visité plus de 30 pays et 300 villes.

Les embouteillages, les Chinois connaissent. La capitale compte aujourd'hui 4,8 millions de véhicules, une augmentation de 2,7 millions en l'espace de 5 ans qui dépasse l'augmentation accumulée en 30 années. Les embouteillages qui étaient jadis réservés au carrefours se sont répandus sur tout le réseau routier de la capitale.

Duan Liren

J'appréhende la circulation comme un système qui a ses propres règles et ses particularités. Si l'on prend en compte ses règles intrinsèques et ses spécificités pour chercher les solutions, on peut résoudre les problèmes de trafic.

Et la confiance dont fait preuve Duan Liren est loin d'être injustifiée. Il a immortalisé les transformations du trafic à Tokyo.

Le parc automobile de Tokyo compte 4,7 millions de véhicules. La densité démographique y est plus élevée qu'à Beijing. Tokyo est ainsi naturellement devenue une ville étudiée de près par Duan Liren.

Durant son voyage à Tokyo, quand il n'est pas occupé à dormir ou manger, il passe son temps à prendre des photos. En dix jours, il a pris près de 40 000 clichés.

Lorsque l'on compare les photos prises il y a une dizaine d'années, on s'aperçoit que les vélos ne sont pas réduits. Ils sont au contraire plus nombreux qu'avant. Et les principales stations de bus et de métro sont équipées de parking pour les vélos.

Duan Liren

Et bien, en faisant comme ça, on peut associer plus étroitement différents moyens de transports, vous voyez, on combine des moyens de transports au sol comme le vélo et le taxi. Ca permet de réaliser une intégration de tous ces moyens de transports au sein d'un réseau de transports en commun prioritaire. Du coup, au niveau des transports, la ville est plus vivante et puis ça arrange bien la population.

Seul 10% des possesseurs de véhicules conduisent leur voiture pour aller au travail. Les transports en commun sont le premier choix des Tokyoïtes lorsqu'ils sortent de chez eux. Dans le cas de Beijing, initialement seulement 29% des possesseurs de véhicules prenaient les transports en commun et ce chiffre est passé à 40% récemment. La plupart des Pékinois prennent leur voiture pour aller au boulot. A Beijing, les parkings pour vélo installés à proximité des stations de métro font pitié à voir. Nous nous sommes rendus à Dongzhimen avec Duan Liren pour en avoir le coeur net.

 

 

Duan Liren

C'est trop petit ça! Au Japon, j'ai visité plein de parkings construits à côté des stations de métro. Ils ont des équipements qui permettent de garer les vélos les uns au dessus des autres. On accorde beaucoup d'importance à la place de parking pour les vélos.

Agé de 72 ans, Duan Liren a gardé toute sa vigueur. Il est toujours sur les chemins.

Duan Liren

Il a fallu des dizaines d'années d'effort pour arriver à la situation actuelle. La leçon que j'ai retirée de tout ça, c'est qu'il est possible de changer les comportements humains, ils finissent forcément par changer.

Duan Liren est un ancien de la police de la circulation de Beijing. Il s'y est distingué en inventant un système de contrôle électronique qui a permis d'abandonner le système de signalisation manuel. C'est également lui qui est à l'origine du projet de modernisation du système de gestion du trafic mise en place par les forces de police.

Duan Liren

J'ai plus de 70 ans. Je n'en ai plus pour longtemps. Si je ne me bouge pas pendant qu'il en est encore tant, je ne pourrais pas collecter plus de photographies. Je dois profiter d'être encore en bonne santé pour collecter tout ce qu'il est possible de collecter.

 


Rédacteur: Zhang Yan