Rechercher
Chaîne française > Journal > Journal > Article

L’important développement des banques chinoises

Source: CNTV.cn | 12-06-2011 15:43

Taille du texte: T+ | T-  | Email

Voir la vidéo

Au cours de la décennie qui vient de s’écouler, le système bancaire chinois s’est métamorphosé. Prochaine étape: prendre pied dans le marché mondial.

A la fin des années 90, pour la plupart des Chinois, les banques ne servaient qu’à retirer et déposer de l’argent. Elles étaient considérées par les médias occidentaux comme étant "techniquement en faillite" avec 26% de créances douteuses. 10 ans ont passé, les actifs des banques en Chine dépassent les 100 mille milliards de yuans. La gestion financière prend également son essor.

Client

"Il y a eu des bouleversements ces dernières années. Quand j’avais commencé à travailler, je ne faisais que déposer de l’argent à ma banque, la génération de mes parents retiraient leurs salaires des banques. Maintenant, il y a tellement de choses que l’on peut faire."

Avec des meilleurs services, les Chinois ont plus de choix pour faire fructifier leur argent.

Client

"Les services bancaires sont bien meilleurs qu’avant, grâce à la banque sur internet. Et il y a beaucoup de produits que vous pouvez choisir, comme acheter des produits bancaires à court terme."

Depuis que la Chine est entrée à l’OMC en 2001, les banques chinoises se sont développées considérablement, en apprenant de leurs homologues étrangères.

Yang Zaiping, Vice-président exécutif

Association bancaire de Chine

"Quand les premières banques étrangères sont entrées en Chine, beaucoup de personnes avaient conscience de la concurrence que cela ferait. Ces 10 dernières années, les banques ont appris beaucoup dans le domaine de la gouvernance moderne d’entreprises, des techniques bancaires et des formes modernes de management. Les banques chinoises ne sont plus seulement nationales. Certaines se sont privatisées et sont entrées en bourse. Les investisseurs stratégiques ont afflué avec des équipes de management qui ont transformé la gouvernance de nos banques."