Rechercher
Chaîne française > Journal > Journal > Article

Jacques Chirac

Source: | 04-11-2012 14:30

Taille du texte: T+ | T-  | Email

Jacques Chirac, homme politique de droite fondateur du mouvement RPR, est le cinquième président de la Vème République. Elu en 1995, il fut réélu en 2002 en bénéficiant d’un vote « barrage » contre le Front National. Il fut à deux reprises Premier ministre (de 1974 à 1976 et de 1986 à 1988).

Jacques Chirac

Une entrée au gouvernement Pompidou

Fils d’un administrateur de sociétés, Jacques Chirac a fréquenté des établissements prestigieux. Après avoir achevé son lycée à Louis le Grand, il intègre Sciences Po puis l’ENA. En mars 1956, il se marie avec Bernadette Chodron de Courcel, issue d’une famille de la haute société française. Ils auront deux filles, Laurence et Claude. De 1956 à 1957, Jacques Chirac fait son service militaire et se porte volontaire pour faire la guerre d’Algérie.

Il a tout juste 30 ans lorsqu’il devient chargé de mission au cabinet du Premier ministre Georges Pompidou. Il est ensuite conseiller référendaire à la Cour des comptes. Il commence sa carrière politique en 1965, par un poste de conseiller municipal à Sainte-Féréole en Corrèze. En 1967, il est élu député de Corrèze et peu de temps après il devient secrétaire d'Etat à l'Emploi dans le gouvernement Pompidou. On lui doit la création de l’Agence nationale pour l’Emploi (ANPE).

Il enchaîne, de 1968 à 1974, divers mandats tantôt en Corrèze (Député UDR, Membre puis Président du Conseil Général), tantôt au gouvernement (Secrétaire d'Etat aux Affaires Sociales, Secrétaire d'Etat à l'Economie et aux Finances, Ministre de l'Agriculture et du Développement rural, Ministre de l'Intérieur).

1976, une année décisive

Son soutien à la candidature de l'élection de Valéry Giscard d'Estaing en 1974 lui vaudra le poste de Premier ministre. Mais la discorde est grandissante entre les deux hommes et Jacques Chirac démissionne avec grand bruit le 25 août 1976. C’est une période importante dans la carrière politique de Jacques Chirac. Il fonde cette même année le Rassemblement pour la République (RPR), ce qui contribue fortement à sa victoire aux élections municipales de Paris. La victoire du leader du RPR contraste avec le résultat des élections municipales nationales où la gauche l'a emporté à 51,5% des suffrages. A 45 ans, Jacques Chirac entame son premier mandat. Il sera réélu par deux fois et restera à l’hôtel de ville de Paris jusqu’en mai 1995. Cette fonction lui permettra de gagner en popularité et de jouir d’une excellente vitrine politique.

Une ambition : la présidence de la République

Jacques Chirac se présente à l'élection présidentielle contre Valéry Giscard d'Estaing en 1981, mais n’obtient que 18% des suffrages. C’est François Mitterrand qui est élu président.

Lors des législatives de 1986, le RPR et l'UDF s’imposent et Jacques Chirac devient Premier Ministre. Son arrivée à la tête du gouvernement marque le début de la première cohabitation de la Vème République.

Deux ans plus tard, Jacques Chirac se présente de nouveau aux élections présidentielles mais il rassemble seulement 46% des voix. Le président sortant, François Mitterrand, est réélu.

Ses rêves d’accéder au poste suprême sont exaucés en 1995, date à laquelle il bat Lionel Jospin avec 52.6% des voix. Cette victoire constitue le sommet de sa carrière politique.

Président des Français

Jacques Chirac nomme Alain Juppé Premier Ministre. Installé à l’Elysée depuis deux ans, le Président décide en 1997 de dissoudre l’Assemblée nationale afin d’obtenir une législature de droite. Mais c’est la gauche plurielle qui sort victorieuse de ces élections anticipées et le chef de l’Etat est contraint de nommer Lionel Jospin Premier ministre. Ce sera la plus longue période de cohabitation (1997-2002).

A la fin des années 1990, des affaires politico-financières concernant le financement du RPR sont dévoilées au grand jour. Jacques Chirac, étant le président du RPR, se retrouve mêlé à ces affaires. Cependant, ses détracteurs ne pourront le traduire en justice car le président de la République bénéficie d’une immunité selon les textes de la Constitution.

Lors des élections présidentielles de 2002, c’est la surprise générale lorsque Jacques Chirac se retrouve au second tour face au leader du Front National, Jean-Marie Le Pen. Lionel Jospin, l’autre candidat pressenti, connaît une lourde défaite et annonce aussitôt son retrait de la vie politique. Jacques Chirac est réélu à 82,21% des voix au second tour. Cette réélection traduit davantage la volonté du peuple de faire barrage à l’extrême droite qu’une marque de confiance des Français envers Jacques Chirac.

Le Président choisit Jean-Pierre Raffarin comme Premier ministre. Il prend toute sa dimension d’homme d’Etat lorsqu’il refuse de soutenir George W. Bush dans l’invasion de l’Irak. Cette position lui vaut l’hostilité des médias anglais et américains.

En 2005, le Président décide d’organiser un référendum pour ratifier le projet de la Constitution européenne. Plusieurs éléments dont l’entrée de la Turquie dans l’Union Européenne et les craintes sociales viennent perturber les débats. Le 29 mai, c’est le « non » qui est majoritaire avec 54,8 % des voix. Le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin démissionne et Jacques Chirac choisit pour le remplacer Dominique de Villepin, un de ses plus fidèles alliés.

Bénéficiant d’une image positive grâce à un discours brillant contre la guerre en Irak à l’ONU en 2002, Dominique de Villepin semble à même de redonner plus de sérénité au quinquennat de Jacques Chirac. Mais dès octobre 2005, la crise des banlieues secoue la France. Six mois plus tard, face à des manifestations étudiantes d’ampleur, Chirac doit annoncer lui-même l’abandon du Contrat première embauche. Au-delà de l’affaire Clearstream qui stigmatise une rude concurrence entre les deux candidats à sa succession, Dominique de Villepin et Nicolas Sarkozy, la fin du dernier mandat de Jacques Chirac ne connaît plus de vague. Le 20 juin 2006, le Musée du quai Branly est inauguré. Ce dernier est consacré aux arts et civilisations d'Afrique, d'Asie, d'Océanie et des Amériques. Il est l’empreinte de l’engagement culturel du Président.

Après que Villepin ait renoncé à s’opposer à Nicolas Sarkozy, et après avoir fait planer un doute sur une éventuelle nouvelle candidature, Jacques Chirac annonce qu’il soutient le candidat UMP, Nicolas Sarkozy, pour les Présidentielles de 2007. Le 6 mai, ce dernier est élu, la passation des pouvoirs s’effectue le 16 mai.

Après son départ de l’Elysée et suite aux soupçons d’affaires qui pèsent sur lui, la presse évoque rapidement la possibilité d’une convocation par la justice. Cependant, la rumeur est vite démentie.

Toujours est-il qu’après trente ans de carrière politique et douze ans de Présidence, Jacques Chirac ne compte pas rester inactif ni quitter le devant de la scène. Ainsi, il crée la Fondation Jacques Chirac pour le développement durable et le dialogue des cultures, terrain d’un nouvel engagement pour l’avenir du « bien commun ».


Rédacteur: Tao Ruogu