Rechercher
Chaîne française > Journal > Journal > Article

Présidentielle française: meetings de campagne

Source: CNTV.cn | 04-16-2012 09:06

Taille du texte: T+ | T-  | Email

Voir la vidéo

En France, au coude à coude dans les sondages à une semaine du premier tour, les deux principaux candidats pour la présidentielle ont réuni dimanche des milliers de personnes dans leurs meetings respectifs, à l’occasion desquels ils ont fait montre de points de vue très différents.

Présidentielle française: meetings de campagne
Présidentielle française: meetings de campagne

Dans le luxueux ouest parisien, sur l’iconique place de la Concorde le président Nicolas Sarkozy en a appelé au patriotisme de ses supporteurs, en évoquant des grands noms de l’histoire de France tels que Napoléon et Charles de Gaulle.

Dépeignant un pays qui souffre sans se plaindre, le président français a qualifié son expérience du pouvoir comme vitale en ce qu’il a fait face à la crise économique et maintenu la place de la France à l’international. En périphérie de l’est parisien, le concurrent socialiste François Hollande a, pour sa part, déclaré à ses partisans que la France avait besoin ni plus ni moins d’un retournement de situation.

Lançant une pique à Sarkozy, considéré trop proche des fortunés et trop partisan de l’économie libérale, le candidat du parti socialiste a promis d’être un président plus fort que le marché et plus fort que la finance.

Alors que la plupart des sondages donnent les deux principaux candidats au coude à coude pour le premier tour du 22 avril, ils prévoient une victoire de Hollande pour le deuxième tour du 6 mai.

Sarkozy s’est défié de ses sondages ces dernières semaines, ce qu’il également réitéré dimanche. Il a promis de prendre les mesure nécessaires pour créer un Etat libéré de ses dépenses publiques, une mesure phare de sa promesse de rééquilibrer le budget national en 2016.

Il a vanté les réformes de son gouvernement, entreprises pour protéger la France de la pire récession mondiale et de la crise de la dette européenne, a insisté qu’il n’était pas temps de relâcher les efforts et qu’un dirigeant expérimenté était nécessaire pour continuer le combat.