Rechercher
Chaîne française > Journal > Journal > Article

France: l’héritage politique de Sarkozy

Source: CNTV.cn | 04-20-2012 08:52

Taille du texte: T+ | T-  | Email

Voir la vidéo

Dans la course à la présidentielle française, selon les sondages, Nicolas Sarkozy est donné perdant au 1er tour et surtout au second. Une économie qui stagne, une hausse du chômage et la baisse du pouvoir d’achat pour les citoyens français sont les principales causes de sa chute de popularité. Voyons avec Yi Ruojun l’héritage de Nicolas Sarkozy après 5 ans passés à l’Elysée.

France: l’héritage politique de Sarkozy

Nicolas Sarkozy est devenu président en promettant davantage de marché et moins d’Etat, plus d’emplois et moins de fonctionnaires, une France plus forte dans une Europe plus forte. Il s’était également engagé à augmenter l’emploi en baissant les taxes et les contributions sociales. 5 ans plus tard, 70% des Français sont d’accord pour dire que ces promesses se sont envolées avec le vent, une déception qui pourrait lui causer la défaite dans les urnes. Si le second tour de l’élection présidentielle avait lieu aujourd’hui, le candidat de l’UMP Sarkozy perdrait de 12 points face au leader socialiste François Hollande.

Nicolas Sarkozy voulait mettre en place une société tournée vers l’économie et l’entreprenariat, où tout le monde pourrait "travailler plus pour gagner plus", grâce à des heures supplémentaires non taxées ou en autorisant les employés à devenir auto-entrepreneurs. Ainsi Christophe a pu réaliser son rêve de monter son propre magasin d’articles de sport. Mais il a éprouvé des difficultés à obtenir un financement alors qu’il devait se battre avec les formalités bureaucratiques de l’administration publique française.

Les défenseurs de Nicolas Sarkozy affirment que sa présidence a limité l’impact des grèves, en introduisant un service minimum obligatoire, qu’il a mis en place l’autonomie budgétaire des universités, et porté l’âge de la retraite à 62 ans. Ils expliquent qu’il a protégé le pays de la crise financière il y a 4 ans, grâce à la protection jouée par le secteur public.

Mais pour beaucoup, ces réformes ne sont pas suffisantes pour lui assurer un nouveau mandat.

Yi Ruojun, CCTV.


Rédacteur: Li Yang