Rechercher
Chaîne française > Journal > Journal > Article

Election présidentielle 2012 : les présidents français et la Chine

Source: CNTV.cn | 04-23-2012 09:06

Taille du texte: T+ | T-  | Email

Voir la vidéo

La politique française est marquée cette année par l’élection présidentielle qui va avoir bientôt des résultats. Quels rôles jouent les présidents français dans les relations diplomatiques sino-françaises? Voici une rétrospective.

Election présidentielle 2012 : les présidents français et la Chine

Le scrutin présidentiel français se déroule au suffrage universel uninominal direct depuis le référendum de 1962. D’après la Constitution française, le mandat présidentiel ne peut être renouvelé qu’une fois consécutivement. Si un candidat obtient la majorité absolue des suffrages exprimés au premier tour, il est élu. Dans le cas contraire, un second tour a lieu deux semaines plus tard pour départager les deux candidats arrivés en tête au premier tour, et le candidat qui obtient la majorité simple est élu. Dans la pratique, un deuxième tour de vote a toujours été nécessaire, aucun candidat n’ayant jamais dépassé 50% des suffrages exprimés au premier tour. Dans l’histoire de la Vème République française, six présidents sont montés sur le podium politique du pays et ont joué ainsi un rôle important au cours du développement des relations diplomatiques sino-françaises.

Le fondateur de la Vème République française Charles de Gaulle est issu d’une famille bourgeoise du nord de la France. Il participe à la Première Guerre mondiale en tant qu’officier. Il est plusieurs fois blessé et fait prisonnier. Sous-secrétaire d’État à la guerre en 1940, il est hostile à l’armistice et lance son célèbre appel à la BBC le 18 juin 1940. Il organise dès lors la résistance extérieure, puis intérieure. À la Libération, de Gaulle devient chef du Gouvernement Provisoire de la République Française. À ce poste qu’il occupe de 1944 à 1946, il réorganise la France avec l’aide des forces politiques issues de la résistance. En désaccord sur la IVème République avec les principaux partis politiques, il démissionne en janvier 1946. Après une « traversée du désert » de 12 ans qu’il met à profit pour créer un parti, le RPF, Rassemblement du Peuple Français, il revient au pouvoir en mai 1958 à l’occasion de la crise algérienne. Il met fin à la guerre d’Algérie et modifie la Constitution pour permettre l’élection du Président de la République française au suffrage universel. Président de la République de 1958 à 1969, de Gaulle mène une politique d’indépendance et de prestige extérieur de la France.

Le 22 octobre 1963, M. Edgar Faure, ancien président du Conseil des ministres de France, désigné comme émissaire du général de Gaulle, est arrivé à Beijing avec pour mission de faire des démarches visant à établir des relations diplomatiques avec la République Populaire de Chine. Le 27 janvier 1964, les gouvernements chinois et français déclarent l’établissement de leurs relations diplomatiques au rang des ambassadeurs, ce qui constitue le point de départ des relations officielles entre la République Populaire de Chine et la République Française. La France a ainsi été le premier grand pays occidental à nommer à Beijing un ambassadeur de plein exercice.

Le successeur du Général de Gaulle Georges Pompidou est le premier président français et le premier chef d’Etat occidental visitant officiellement la Chine. Il s’est entretenu avec le Président Mao Zedong. Lors de sa visite, Zhou Enlai, Premier ministre chinois respecté, l’a accompagné du début à la fin, même en province comme à Datong, renommée pour ses Grottes Yungang, Hangzhou et Shanghai. Il faut savoir que Zhou Enlai était déjà très malade, il souffrait de son cancer. Mais il a tenu à accueillir lui-même M. Pompidou.

De même, les années 80 du siècle dernier virent un indéniable renforcement de la relation bilatérale franco-chinoise marquée par les visites en Chine du Président français Valéry Giscard d’Estaing, qui peut prononcer un discours en chinois, et du Président François Mitterrand, séduit aussi par la culture chinoise, respectivement en octobre 1980 et mai 1983.