Rechercher
Chaîne française > Journal > Journal > Article

Les îles Diaoyu,partie intégrante du territoire chinois

Source: CCTV.com | 09-26-2012 09:03

Taille du texte: T+ | T-  | Email

Voir la vidéo

Le gouvernement chinois a publié un Livre Blanc sur les Iles Diaoyu. Le document explique clairement les faits concernant ces territoires, partie inhérente de la Chine. Tous les détails y sont. Historiques, géographiques et légaux. La Chine a un droit de souveraineté indiscutable sur les Iles Diaoyu. Le Livre Blanc exprime la position ferme de la Chine contre toute violation de son territoire par le Japon. La Chine a pris des mesures pour empêcher un tel acte. La Chine défendra sa souveraineté et l’intégrité de son territoire. La Chine est résolue à maintenir les fruits de la Guerre anti-fascite coûte que coûte.

Shi Liu Qiu Lu, rédigé en 1562 par un autre envoyé de la dynastie des Ming,
Guo Ruli, disait aussi que "Chi Yu est la montagne qui marque la frontière
de Ryukyu."

L’île Diaoyu et ses îlots affiliés, sont situés au Nord-Est de l’île de Taïwan de Chine. La masse terrestre de ces îles est d’environ 5,69 kilomètres carrés.

L’île Diaoyu est située à l’extrémité ouest de la région. Son plus haut sommet culmine à 362 mètres au dessus du niveau de la mer.

Les ancêtres de la Chine étaient les premiers à découvrir et nommer les îles Diaoyu de part la production et leurs activités de pêche en mer.

Le plus ancien des enregistrements historiques des noms des îles Diaoyu "Voyage et vents en poupe", a été publié en 1403

Un autre Shi Liu Qiu Lu, rédigé en 1562 par un autre envoyé de la dynastie des Ming, Guo Ruli, disait aussi que "Chi Yu est la montagne qui marque la frontière de Ryukyu."

En 1650, "Les Annales de Chong-Shan", ou Zhong Shan Shie Jian, première archive historique officielle du royaume de Ryukyu, rédigée sous la supervision de Xiangxian, ou Kozoken, du Premier ministre de Ryukyu a confirmé que la montagne Gumi fait partie du territoire de Ryukyu.

La cour des Qing n’a pas seulement intégré les îles Diaoyu dans le cadre de la défense côtière chinoise, comme l’avait fait la cour des Ming, mais elle a aussi clairement placé les îles sous la juridiction du gouvernement local de Taiwan.

Les cartes chinoises et internationales montrent que les îles Diaoyu appartiennent à la Chine

L’ouvrage Contours illustrés des trois pays, écrit par Hayashi Shihei en 1785, est l’ouvrage japonais qui a le plus tôt mentionné les îles Diaoyu. Sur la carte des trois provinces et 36 îles de Ryukyu, les îles Diaoyu sont placées avec les 36 îles Ryukyu, et coloriées de la même couleur que la Chine territoriale, indiquant que les îles Diaoyu font partie du territoire chinois.

De plus des cartes publiées en France, en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis au début du 19e siècle marquent les Iles Diaoyu comme faisant partie de la Chine.

Le Japon a accéléré son invasion et expansion externe après la restauration Meiji.

Le Japon s’est emparé de Ryukyu en 1879 et changé son nom en Préfecture d’Okinawa.

En 1884, un Japonais a déclaré être le premier homme à avoir débarqué sur l’île Diaoyu, la trouvant inhabitée. Le gouvernement japonais a ensuite dépêché des missions secrètes de reconnaissance à Diaoyu et ont tenté d’envahir et d’occuper l’île.

Les complots du gouvernement japonais mentionnés auparavant ont mis la Chine en alerte. Le journal chinois Shen Pao de Shanghai révèle l’intention japonaise d’occuper ces îles. Le gouvernement japonais n’a cependant pas osé continuer son action, craignant la réaction chinoise.

En 1885, le gouverneur d’Okinawa note la souveraineté existante de la Chine sur les îles. Il fait placer des repères de souveraineté sur ces territoires, demandant à recevoir des instructions. Le ministre des Affaires intérieures Yamagata Aritomo a sollicité l’opinion du ministre des Affaires étrangères Kaoru le 9 octobre.

En 1890 et 1893 deux autres demandes sont faites sur les marqueurs. Le gouvernement japonais ne répond pas.

En 1894, deux mois avant la guerre sino-japonaise, la mission secrète déclare dans sa conclusion qu’il est difficile de fournir un rapport sur les îles.

Vers la fin du mois de novembre 1894, les forces japonaises se sont emparées du port chinois de Lüshun obtenant virtuellement la défaite de la cour des Qing. Le cabinet japonais a secrètement passé une résolution le 14 janvier pour "placer" l’île Diaoyu sous la juridiction de la préfecture d’Okinawa.

Les documents officiels japonais montrent que depuis les missions de reconnaissance à Diaoyu en 1885 à l’occupation des îles en 1895, le Japon a constamment agi en secret, ne révélant pas ses actions au public. Cela prouve une fois de plus que la réclamation japonaise de souveraineté sur les îles Diaoyu n’a pas d’effet légal en droit international.

Le 17 avril 1895, la Cour des Qing a été vaincue à la suite de la guerre sino-japonaise, et forcée à signer le traité inégal de Shimonoseki, cédant au Japon "l’île de Formose (Taiwan), ainsi que les autres îles afférant ou appartenant à la dite île de Formose". En 1900, le Japon a changé le nom des îles Diaoyu en "îles Senkaku".

1879: Le Japon s’est emparé de l'archipel Ryukyu et le renomment préfecture d’Okinawa

1884: un premier Japonais marche sur les Iles Diaoyu

1885: L’occupation des Iles provoque l’alerte en Chine

Le gouvernement japonais rejette la demande de marqueurs de souveraineté

Aucune action ultérieure du Japon par crainte des réactions chinoises

1890-1893: 2 nouvelles demandes locales de poser des marqueurs de souveraineté.

Aucune réponse du gouvernement japonais

1894: missions de services secrets : aucune trace ou rapport montrant la souveraineté japonaise

Début 1895: la Dynastie Qing défaite lors de la guerre sino-japonaise

Le Japon passe une résolution secrète d’incorporer les Iles Diaoyu à Okinawa

Toute tentative d’occuper les Iles Diaoyu gardées secrètes

La souveraineté japoanise n’a aucun fondement légal

Avril 1895: la Cour des Qing défaite lors de la Guerre sino-japonaise.

Traité inégal de Shimonoseki

Taïwan et îles affiliées cédées au Japon

1900: Le Japon renomme les îles Diaoyu "Senkaku"