Rechercher
Chaîne française > Journal > Journal > Article

La Chine défend sa souveraineté sur les îles Diaoyu

Source: CCTV.com | 10-12-2012 09:01

Taille du texte: T+ | T-  | Email

Dossier

Voir la vidéo

Cela fait 1 mois depuis que le gouvernement japonais a annoncé "l’achat" illégal des îles Diaoyu et de ses îlots affiliés. En réponse, le gouvernement chinois a lancé une série de contre-mesures pour défendre la souveraineté du pays sur les îles.

Les contre-mesures concernant l’achat illégal des îles Diaoyu impliquent divers départements du gouvernement chinois. Le ministère de la Défense a exprimé sa ferme opposition après l’annonce faite par le gouvernement japonais le 11 septembre.

La Chine défend sa souveraineté sur les îles Diaoyu

2 jours plus tard, le représentant permanent de la Chine aux Nations unies, Li Baodong, a rencontré le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, et a soumis à l'organisation les points et les lignes de base de l’île Diaoyu et de ses îlots affiliés.

Le jour suivant, 2 bateaux de surveillance chinois sont arrivés dans les eaux autour des îles Diaoyu et ont commencé des patrouilles ainsi qu’à appliquer la loi.

Le 15 septembre, l’Administration Océanique d’Etat a détaillé les coordonnées géographiques de l’île et de 70 de ses îlots affiliés, tout en publiant des lieux, des cartes en 3 dimensions et des croquis cartographiques de la zone.

Quelques jours plus tard, l’Administration nationale de Surveillance, de la cartographie et de la géo-information de Chine a délivré une carte de la zone. Le même jour, des bateaux de surveillance chinois ont subi une interception du Japon avec 6 navires et 3 bateaux envoyés par les garde-côtes du Japon. Durant leur rencontre, les bateaux chinois ont déclaré la position du gouvernement chinois concernant leur souveraineté sur les îles.

Le 20 septembre, l’autorité océanique et le ministère des Affaires civiles ont conjointement publié une liste de noms standardisés pour les entités géographiques des îles Diaoyu et établi les cartes de leur lieu.

Le 25 septembre, le Bureau de l’Information du Conseil des Affaires d’Etat a dévoilé un livre blanc intitulé : "Iles Diaoyu, un territoire inhérent de la Chine". Il prouve une nouvelle fois que la revendication de souveraineté du Japon sur la zone n’a pas d’effet légitime selon la loi internationale.

Le même jour, le ministre des Affaires étrangères Yang Jiechi a rencontré son homologue japonais, Koichiro Gemba, en marge du débat général de l’Assemblée générale de l’ONU à New York. Yang a réitéré la position de la Chine sur les îles Diaoyu, qui sont le territoire inhérent de la Chine depuis les temps ancestraux.

2 jours plus tard, le ministre des Affaires étrangères a fait cette déclaration au débat général de l’Assemblée de l’ONU, en expliquant la position solennelle de la Chine.

Le 2 octobre, 4 bateaux de surveillance maritime chinois ont patrouillé au large des îles Diaoyu pour la 2ème fois, après que des activistes de droite japonais sont entrés à proximité des eaux.

Le 10 octobre, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Hong Lei, a déclaré que le Japon devait faire face à la réalité, admettre le conflit et retourner à la table des négociaitons pour une solution appropriée.


Rédacteur: Jin Wensi