Rechercher
Chaîne française > Journal > Journal > Article

Les Iles Diaoyu de Chine (Episode 5) - Défendre la souveraineté

Source: CCTV.com | 10-22-2012 09:21

Taille du texte: T+ | T-  | Email

Voir la vidéo

En 1972, la Chine et le Japon mettent de côté leurs différends au sujet des îles Diaoyu.

La Convention de loi maritime de l’ONU ayant été ratifiée, en 1982, le Japon renforce sa stratégie qu’il appelle "étendre les eaux territoriales par le biais des îles". Les nationalistes de droite tentent de briser l’accord tacite entre la Chine et le Japon, en créant des incidents. En 2012, une farce sans précédent, "l’achat des îles Diaoyu", a mis les relations sino-japonaises à rude épreuve.

Yoshihiko Yamada

"Les îles Diaoyu font 11 kilomètres de long, et leur point le plus haut culmine à 350 mètres. Ce n’est pas seulement un rocher inhabité, mais de magnifiques petits îlots."

Le 2 septembre, le professeur Yoshihiko Yamada de l’université Tunghai du Japon, important conseiller du parti de droite, s’est rendu sur les îles Diaoyu, et n’a pas pu cacher sa convoitise.

Yoshihiko Yamada est l’auteur d’un livre intitulé "le Japon est la quatrième puissance maritime au monde". En vérité, la puissance maritime japonaise est encore bien loin de "la quatrième place".

Chaque fois que le Japon a voulu étendre son territoire, le parti de droite a trouvé un moyen de se justifier. Ishiwara Kanji, qui était responsable de l’incident du 18 septembre, déclencheur de l’invasion du Nord-est de la Chine par le Japon, a publié en juillet 1929 un article intitulé "Retour sur les politiques nationales qui ont scellé le sort du Japon", dans lequel il souligne que "la résolution du problème de la Mandchourie et de la Mongolie était le seul moyen pour le Japon de survivre". L’Histoire prouve au contraire que le sort de la nation japonaise a subi un brusque revirement de situation lorsqu’elle a déclenché l’invasion de la Chine.

80 ans plus tard, un certain Shintaro Ishihara publiait une théorie sur l’expansion du territoire japonais. Le 16 avril 2012, Shintaro Ishihara, maire de Tokyo, annonçait dans un discours à Washington l’intention du gouvernement de Tokyo d’"acheter" les îles Diaoyu à leur prétendu propriétaire. Les médias ont noté que les divagations d’Ishihara avaient commencé le 10 avril, après "l’incident de l’île Huangyan" en Mer de Chine méridionale.

Ishihara Shintaro,

maire de Tokyo, 29 mai

"Si nous ne faisons pas attention, que nous ne répondons pas dans la dispute pour les îles Diaoyu, si nous continuons à avoir peur, le Japon risque de devenir la sixième et la plus petite étoile sur le drapeau chinois"

Fin avril 2012, le premier ministre japonais Yoshihiko Noda a abandonné la promesse faite par le parti démocrate durant les élections de 2009 de faire retirer les bases militaires américaines de l’île d’Okinawa.

Xu Dunxin,

ancien ambassadeur de la Chine au Japon

"Sur quoi s’appuient les partis politiques japonais pour faire remonter leur crédit, leur notoriété ?

Ils espèrent tous exploiter le mécontentement du peuple, son impatience et son inquiétude, utiliser l’étroitesse d’esprit du nationalisme.