Rechercher
Chaîne française > Journal > Journal > Article

La Chine à la conquête de l’espace

Source: CCTV.com | 03-13-2013 09:09

Taille du texte: T+ | T-  | Email

Dossier

Voir la vidéo

Depuis une vingtaine d’années, la Chine est très active dans le domaine spatial, elle a développé, entre autres, des satellites de télécommunications, d’observation de la Terre, météorologiques, de navigation, et de reconnaissance militaire.

La Chine à la conquête de l’espace

Dès le milieu des années 50, la Chine développe sa technologie spatiale avec l’aide de l’URSS puis de manière indépendante. Le premier satellite est envoyé dans l’espace en 1970, à partir du centre spatial de Jiuquan, situé dans le désert de Gobi, qui sert encore aujourd’hui de principal centre de lancement. Vers le milieu des années 70, la Chine se concentre sur l’envoi de satellites de communication et d’observation. Pour assurer les lancements, la Chine a développé la série de fusées porteuses baptisée Longue Marche, en hommage à l’un des fameux épisodes fondateurs du PCC. La Chine soutient une utilisation pacifique de l’espace et a signé plusieurs traités pour en limiter la militarisation. Elle encourage d’ailleurs le développement de la coopération internationale avec des pays comme la Russie, le Brésil ou l’Allemagne.

En 2003, grand succès pour la technologie spatiale chinoise: la Chine envoie pour la 1ère fois un homme dans l’espace à bord du vaisseau Shenzhou 5. Ce premier taïkonaute est Yang Liwei, la Chine entre alors dans le club très fermé des pays capables d’envoyer un homme dans l’espace, aux côtés des Etats-Unis et de la Russie.

Depuis 2011, la Chine possède un embryon de station spatiale en orbite basse, Tiangong-1, fonctionnant comme un laboratoire spatial, dont le role est de mener des expériences scientifiques et de servir de test avant l’envoi d’une station spatiale de grande taille à l’horizon 2020. La Chine fait maintenant partie des acteurs majeurs de la conquête spatiale.

1ère question: Quels sont les nouveaux projets ou développements attendus dans le domaine spatial?

La Chine développe actuellement la 5ème génération de fusées Longue Marche, dont la technologie de propulsion sera comparable aux meilleurs lanceurs actuels. Elles seront capables de placer jusqu’à 25 tonnes en orbite basse et 14 tonnes en orbite de transfert géostationnaire. Le 1er lancement est prévu pour 2014, à partir du nouveau centre spatial de Wenchang situé sur l’île de Hainan, et ces fusées devraient pouvoir servir de lanceurs performants jusqu’aux 20 prochaines années et permettre la mise en orbite de la future station spatiale. La Chine maîtrise à présent les techniques de rendez-vous spatial et d’amarrage, permettant à deux engins spatiaux d’entrer en contact et de permettre à des astronautes de résider dans une future station station spatiale de grande taille.

La Chine a également envoyé des sondes spatiales en orbite autour de la Lune, et prévoit de lancer en 2013 un atterrisseur, Chang’e 3, qui doit débarquer un rover pour explorer le sol lunaire.

2e question: Y’a-t-il des retombées pratiques de ce programme spatial chinois?

Si la conquête spatiale doit permettre d’améliorer la connaissance de l’espace et de la Terre, le gouvernement chinois insiste pour que les technologies développées dans le cadre de ces missions aient également des applications pratiques dans la vie de tous les jours.

Les satellites de détection, de géocalisation, de télécommunication, les satellites météo, sont bien évidemment très utiles au niveau des applications civiles, et ils sont également utilisés dans le domaine militaire et sécuritaire. Le programme Beidou en est un bon exemple. Il s’agit d’un programme de géolocalisation régional du type GPS. La Chine développe actuellement son successeur qui devrait devenir mondial sous le nom de Compass, et qui devrait être comparable au système Galileo mis en place par l’Europe. Il ne faut pas oublier que de nombreuses technologies utilisées sur Terre proviennent de technologies spatiales. Le programme spatial est un excellent laboratoire d’innovations.

Rédaction : Nicolas Iruzun


Rédacteur: Jin Wensi