Rechercher
Chaîne française > Journal > Journal > Article

Le plus grand système de sécurité sociale au monde

Source: CCTV.com | 03-14-2013 08:38

Taille du texte: T+ | T-  | Email

Dossier

Voir la vidéo

Pendant toute la durée des deux sessions, tous les jours, un de nos collègues français nous rejoint sur le plateau pour évoquer un sujet de l’actualité chinoise. Nous accueillons donc aujourd’hui Nicolas Irurzun. De quoi allez-vous nous parler aujourd’hui Nicolas?

Le plus grand système de sécurité sociale au monde

C’est un vaste chantier que le gouvernement chinois a ouvert en réformant le régime de sécurité sociale du pays. L’objectif affiché est ambitieux : établir le plus grand système de sécurité sociale au monde!

Petit rappel historique. À la fin des années 70, Deng Xiaoping lance ses réformes. L’économie se libéralise progressivement, entraînant le démantèlement des structures collectives. C’est la fin du fameux « bol de riz en fer », qui outre l’emploi à vie, garantit la gratuité des soins et les retraites. Les ménages voient leurs revenus augmenter mais doivent compter sur leurs propres forces. Comme le filet social s’est détendu, ils économisent en cas de coup dur et se tournent vers le privé.

Mais cette situation a fini par montrer ses limites. La privatisation des dépenses a entraîné une marchandisation des services publics, facteur de dérives (comme par exemple le gonflement des ordonnances) et d’inégalité de moins en moins tolérées par la population. Par ailleurs, le gouvernement chinois mise sur la demande intérieure pour soutenir la croissance économique du pays. Pour cela, il faut que les ménages épargnent moins et consomment plus. Le potentiel est énorme car le taux d’épargne des ménages chinois est parmi les plus élevé au monde. Se pose aussi la question du vieillissement de la population qui représente un défi pour l’avenir. Fin 2011, 9,1 % des Chinois avaient plus de 65 ans.

Confrontée à des problèmes sociaux que les pays industrialisés ont mis des décennies à régler, la Chine déploie de nombreux efforts. Dès 1998, une esquisse de sécurité sociale et un nouveau régime de retraite est mis en place dans les villes. Les avancées sont progressives mais l’entrée en vigueur de la loi chinoise sur l’Assurance sociale le 1er juillet 2011 marque un tournant. Nous allons tout de suite en discuter.

1ère question: Une nouvelle Assurance sociale donc, pouvez-vous nous en décrire la teneur plus en détail?

Oui, alors premièrement, elle traite de manière unifiée le régime de la sécurité sociale. Elle prévoit une couverture de base comprenant l’assurance vieillesse, l’assurance chômage, l’assurance médicale, l’assurance contre les accidents du travail et l’assurance maternité. C’est la mort programmée du système avec ces agences aux échelon locaux qui adaptaient les directives du gouvernement central, pour aller vers des cotisations au niveau national. Deuxièmement, elle prévoit l’élargissement progressif de la couverture sociale à l’ensemble de la population. Fin 2012, plus de 700 millions de personnes bénéficient de cette couverture et d’ici quelques années, elles seront 1,3 milliard !

2e question: Quelle est la réaction des Chinois à cette nouvelle couverture sociale?

Les Chinois, qui ne se sont jamais sentis aussi bien protégés se réjouissent de ces nouvelles mesures. Avec notamment, une meilleure prises en charge des soins médicaux, la hausse du montant des retraites et la construction d’hôpitaux, ils commencent enfin à profiter d’une sécurité sociale digne de ce nom. Les seuls à grincer des dents sont peut-être certains travailleurs étrangers, car les cotisations sont devenues obligatoires pour tout le monde. Ceux qui bénéficiaient déjà d’une meilleure couverture dans leur pays et veulent la garder doivent maintenant cotiser aux deux.

3e question: Quels vont être les défis à relever par le gouvernement chinois pour mettre en place cette couverture sociale élargie?

Le gouvernement chinois est face à un casse-tête : il doit trouver comment faire pour augmenter les dépenses sociales sans aggraver l’inflation. Par ailleurs, la mise en œuvre d’un projet aussi gigantesque amène inévitablement son lot de détournements de fonds, de fraudes à l’aide sociale, et de dysfonctionnements. Là aussi, l’État devra se doter de moyens de lutte efficaces pour réussir son pari.


Rédacteur: Jin Wensi