Rechercher

Chang’e-3 : les tenants et les aboutissants de la mission

Source: CCTV.com | 12-01-2013 18:34

Taille du texte: T+ | T- | Email

Voir la vidéo

Ques sont les tenants et les aboutissants de cette mission lunaire? Chang’e-3 est la dernière étape de l’ambitieux programme spatial chinois. Elle a pour but de mener à bien certaines tâches qui n’ont jamais été réalisées par aucun pays dans le monde. CCTV a interviewé Ouyang Ziyuan. A 78 ans, c’est le conseiller en chef de la mission. Il est considéré comme le père de Chang’e.

Ai Yang

"Si notre rover et notre alunisseur réussissent un aterrisage en douceur sur la Lune nous allons devenir le 3e pays dans l’histoire à maîtriser cette technologie. Alors dites nous quelles sont les difficultés que représentent cet atterrisage en douceur."

Ouyang Ziyuan

Conseiller en chef

Mission lunaire chinoise

"Il est difficile d’atterir en douceur sur la Lune parce qu’il n’y a pas d’atmosphère. Un atterrissage en douceur permet de garantir que les équipements ne souffrent pas du choc. Les Etats-Unis et l’Union soviétique ont réussi celà mais c’était avec un rover. La Chine sera le premier pays à faire atterrir un rover et un appareil sur la Lune en même temps. L’appareil va commencer le travail dès l’alunissage mais en observant l’espace en utilisant un téléscope optique. Donc ce sera une exploration combinée de la Lune. L’appareil a des boosters, qui lui permettent de rester en l’air à environ 100 mètres de la surface lunaire. Ensuite avec des caméras spéciales il choisira le meilleur endroit pour atterrir. Et à 4 mètres au dessus du sol, les moteurs s’arrêteront. Les 4 jambes seront anti-choc et assureront un atterrissage en douceur.

Ai Yang

"Notre téléscope va observer l’espace de la Lune, ce qui n’a jamais été fait par aucun pays. Pouvez-vous nous en dire plus."

Ouyang Ziyuan

Conseiller en chef

Mission lunaire chinoise

"La mission Chang’e-3 va réaliser 3 "premières". C’est le rêve de beaucoup d’astronomes parce que l’atmosphère, le vent, la neige et la pollution obstruent la visibilité sur la Terre. Le résultat est aussi meilleur en raison des longues périodes d’observation ininterrompues de la Lune en raison de son orbite autour de la Terre. Un jour d’observation sur la Lune équivaut à 14 jours sur la Terre. Numéro deux: nous avons une caméra ultra-violet sur l’atterriseur pour surveiller la Terre. La caméra est différente de celle utilsée par la mission américaine Apollo 13. La nôtre peut voir la formation de la plasmasphère de la Terre et son changement de densité. C’est mieux qu’un satellite, qui peut recueillir des données par sections à mesure qu’il orbite autour de la Terre. Sur la Lune, on peut observer la Terre sans bouger. C’est quelque chose que les gens ont toujours voulu faire. Numéro 3: nous serons les premiers à connaître la structure et les couches de la Lune à 100 mètres sous la surface avec des radars installés sous le rover. Quand le rover se déplacera sur la surface, ce sera comme si il pouvait creuser et voir ce qui se passe 100 mètres plus bas. C’est ce que les autres pays n’ont pas encore réalisé."

Ai Yang

"La mission Chang’e-5 sera en mesure de rapporter des échantillons du sol lunaire. Les Etats-Unis ont été capables de rapporter 400 kilos d’échantillons. Dites nous comment nous allons pouvoir bénéficier de ces recherches."

Ouyang Ziyuan

Conseiller en chef

Mission lunaire chinoise

"La connaissance humaine de la Lune provient surtout des échantillons recueillis par Apollo 16. En 1978, le président américain Jimmy Carter nous avait donné en cadeau un gramme de ces échantillons et nous avons fait beaucoup de recherches. Chang’e-5 rapportera aussi des échantillons. Je pense que dans 2 ou 3 ans, nous seront capables de mener des recherches très précises et complètes avec ces échantillons. Mais pour l’instant Chang’e-3 doit passer les tests en conditions de froid extrême. Les ailes du rover recueillent l’énergie du soleil pendant la journée ce qui permet son alimentation. Mais la nuit aucun équipement ne fonctionnera parce que la température tombe à moins 180 degrés. Les équipements électroniques ne peuvent pas être utiles à cette température. Les batteries doivent être capables de marcher pendant de longues périodes, car une nuit dure deux semaines sur la Lune."


Rédacteur: Jin Wensi