Rechercher

Le premier ministre japonais visite un site sensible pour plusieurs des pays voisins

Source: CCTV.com | 12-31-2013 16:29

Taille du texte: T+ | T- | Email

Le premier ministre japonais Shinzo Abe a visité le controversé sanctuaire de Yasukuni qui rend hommage aux Japonais morts durant la Deuxième Guerre mondiale et même à ceux qui ont été trouvés coupables de crimes de guerre. La visite de Monsieur Abe sur le site marquait aussi le premier anniversaire de son retour au pouvoir.

Après une valse-hésitation qui aura duré plus d’un an, le premier ministre japonais Shinzo Abe a finalement décidé de se rendre au controvesé sanctuaire de Yasukuni le jour même qui marque le premier anniversaire de son retour au pouvoir. Monsieur Abe a répété qu’il regrettait de ne pas être venu sur place lors de son premier mandat mais qu’il ne l’avait pas fait pour des considérations diplomatiques. Ce qui est clair pour certains observateurs, c’est que sa venue ici n’était qu’une question de temps.

Shinzo Abe

Premier ministre du Japon

"Malheureusement, une visite sur le site de Yasukuni a des implications politiques et diplomatiques. Cela fait un an que je suis redevenu premier ministre et j’ai choisi cette journée pour venir ici et faire le bilan de ce qui s’est passé durant la dernière année. C’est une façon pour moi de renouer mon engagement à la paix pour que personne n’ait à souffrir durant une guerre."

Il y a encore quelques jours, les journaux japonais rapportaient que Monsieur Abe n’irait pas visiter le sanctuaire cette année. La décision a surpris tout le monde causant une certaine inquiétude sur l’impact que pourrait avoir ce geste sur les relations diplomatiques du pays. Cela a aussi ouvert la porte aux critiques un peu partout dans le monde mais notamment les États-Unis, le plus grand allié du Japon. Les dirigeants des pays voisins du Japon ont demandé au pays de faire face à son histoire après quoi un dialogue diplomatique pourra vraiment exister. Le controversé sanctuaire de Yasukuni qui rend hommage à la mémoire de 2,5 millions de morts japonais dont plusieurs criminels de guerre est considéré comme un symbole de l’agression nippone durant la Deuxième Guerre mondiale.

Jeff Kingston

Directeur des Études asiatiques

Université Temple, Japon

"Abe est évidemment issu de la droite japonaise et n’affiche pas de remords par rapport à la guerre. Ils ont une vision plus valorisante mais quand même factuelle de la guerre. Et cette vision est provocante pour ceux qui ont été victimes des agressions du Japon impérial."

Terrence Terashima

Tokyo

"Plusieurs commencent à se demander si Abe va continuer à mettre de l’avant sa plate-forme qui vise à modifier la constitution pacifique du pays et à changer le mandat de la Force nationale de défense...une position qui pourrait mettre de l’huile sur le feu dans les relations avec ses voisins et causer certaines tensions avec les États-Unis. Il doit d’ailleurs faire une déclaration en début d’année pour dévoiler l’orientation qu’il veut donner à son gouvernement.


Rédacteur: Jin Wensi