Rechercher

MH370 : des opérations de recherche sans précédent

Source: CCTV.com | 04-01-2014 21:00

Taille du texte: T+ | T- | Email


Le Centre australien de coordination des agences vient de rendre compte des derniers développements autour des recherches du Boeing triple 7 de Malaysia Airlines...

Des informations qui annoncent... qu’il n’y a rien de nouveau. Lors d’un point d’information effectué ce mardi, le chef des forces de l’air à la retraite Marshal Angus Houston a évoqué une opération de recherche, je cite, "à une échelle sans précédent, et d’ajouter qu’il avait été impressionné", fin de citation, par l’étroite collaboration entre les diverses parties prenant part aux recherches.

MH370 : des opérations de recherche sans précédent

Angus Houston

Chef des armées australiennes en retraite Centre australien de coordination des agences

"La zone de recherche est très vaste, c’est à l’évidence et sans aucun doute, un type de zone que nous n’avons jamais vu auparavant lors d’une opération de recherche et de secours comme celle-là. Pour vous donner une idée, la région des recherches est aussi grande que l’Irlande. En ce qui concerne les tâches qui nous attendent, nous poursuivrons les recherches avec de nombreux moyens.

Je dois dire que d’après mon expérience, et j’en ai acquis une solide au fil des ans dans le domaine des recherches et des secours, cette opération de recherche et de secours est certainement la plus difficile que j’ai vue. Je dis ça parce que le point de départ pour toute opération de recherche, est la dernière position connue du véhicule ou de l’avion. Et dans ce cas précis, la dernière position connue paraît être extrêmement éloignée de l’endroit où l’appareil semble être allé. Nous estimons que l’avion s’est abîmé dans l’océan. C’est pourquoi obtenir une base de donnée solide à partir de laquelle les recherches pourraient être organisées reste un défi. Nous avons les meilleurs experts du monde qui m’assistent et qui aident l’Agence australienne pour la sécurité à définir la meilleure zone dans laquelle il faut concentrer les recherches.

Mais je dois préciser que c’est très complexe, c’est très exigeant et nous n’avons aucun élément matériel comme il est pourtant habituel d’avoir. Si on compare la situation actuelle avec le désastre d’il y a quelques années, survenu au vol Air France, dans l’océan Atlantique, cet appareil volait en suivant son plan de vol, entre l’Amérique du Sud et l’Europe. Alors, lorsque l’avion fut porté disparu, la première chose a été de faire des recherches en suivant le plan de vol par rapport à l’endroit où la dernière communication avait été faite. Bien sûr, en 24 heures les débris avaient été retrouvés à la surface de l’océan à 2 endroits différents. Deux emplacements qui étaient séparés de plusieurs kilomètres. Cela a permis d’établir un bon point de départ pour les équipements de haute technologie déployés pour retrouver les passagers et les boîtes noires. Et j’ajouterai qu’il a fallu 2 ans pour localiser les boîtes noires. Ce qu’il nous faut maintenant, c’est trouver les éléments de la carlingue. Cela modifiera la nature de nos recherches puisque nous serons à même d’avoir recours à la haute technologie pour nous assister dans l’étape sous-marine des recherches."


Rédacteur: Juliette