Rechercher

Co-entreprises sur le marché automobile chinois

Source: CCTV.com | 03-14-2014 12:20

Taille du texte: T+ | T- | Email


Les temps sont durs pour les marques domestiques sur le marché automobile chinois. Cela amène à se demander si ces marques chinoises n’entrent pas dans une lutte perdue d’avance contre leurs rivales occidentales. La Chine doit-elle supprimer les restrictions sur la propriété pour les co-entreprises pour donner plus de marge de manoeuvre aux constructeurs étrangers ? Eléments de réponse.

Ce n’est pourtant pas la première fois que le gouvernement propose de lever les restrictions sur les co-entreprises chinoises et étrangères. Mais cette fois, la proposition se heurte à une forte opposition. L’Association des Constructeurs automobiles de Chine représente l’industrie automobile chinoise. Lors de sa conférence de presse mensuelle, elle a fait part de son désaccord avec la plus grande fermeté. Elle affirme que l’heure n’est pas à l’ouverture. 

Dong Yang Secrétaire général ACAC

"Si les restrictions sont assouplies maintenant, il y aura de gros problèmes. Cela voudrait dire que les Chinois doivent se soumettre à leurs partenaires étrangers. Cela n’affecterait pas seulement les constructeurs d’Etats mais les privés aussi."

Les constructeurs étrangers ne sont pas autorisés à détenir plus de 50% de participation dans une co-entreprise avec une société chinoise. M. Dong pense que cette mesure doit être appliquée pendant 10 ans encore. Mais certains analystes estiment que cela pourrait aider certaines compagnies à être plus compétitives.

Scott Laprise Analyste China Steel & Auto, CLSA

"Je pense que c’est au gouvernement de suggérer à ses constructeurs de faire des voitures chinoises plus performantes."

Laura Luo Beijing

"Le ministère chinois de l’Industrie et de l’IT a déclaré récemment qu’il n’assoupliera pas les restrictions sur la propriété pour le moment, mais cela se fera dans le futur. L’horloge tourne pour les constructeurs chinois qui doivent absolument construire de meilleures voitures."

Mais la stratégie d’une co-entreprise peut-elle stabiliser le développement des constructeurs automobiles chinois ?

Scott Laprise Analyste China Steel & Auto, CLSA

"Construire une voiture 100% chinoise, cela demande beaucoup de travail, d’argent et d’énergie. C’est très difficile. Prenons l’exemple de la marque à succès Great Wall. Quelles sont les caractéristiques les plus importantes de cette société ? Un : ce n’est pas une co-entreprise. Deux : elle a trouvé son marché de niche, celui des 4X4 et s’y tient."

Dong Yang Secrétaire général ACAC

"Arrêter les co-entreprises alors que la Chine vient d’ouvrir son économie ? On ne peut pas marcher sur les mêmes plates-bandes que le Japon et la Corée du Sud il y a 30 ans. C’était un autre temps avec d’autres tendances. Nous devons développer notre propre technologie maintenant. Je n’essaie pas de dénigrer ce qui a été fait dans le passé mais il faut regarder vers l’avenir maintenant. Nous devons nous concentrer sur la R et D et nous devons nous investir à fond là-dedans."

Le constructeur indien Tata Auto cherche depuis peu à entrer sur le marché chinois. Et Audi lorgne sur le marché à bas prix chinois. Entre temps, la partie chinoise recherche activement des solutions pour améliorer l’efficacité de sa gestion avant que la guerre ne soit déclarée.


Rédacteur: Juliette