Rechercher

Conférence sur l’énergie en Afrique : l’investissement en question

Source: CCTV.com | 03-14-2014 12:20

Taille du texte: T+ | T- | Email


Les participants à la Conférence africaine des énergies propres dans le monde se sont intéressés aux solutions des nouvelles technologies dans le but de répondre aux inquiétudes autour de l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre et d’oxyde de carbone. A Johannesburg, l’évènement d’une durée de 2 jours a permis aux experts, scientifiques mais aussi hommes d’affaires du secteur de tenter de trouver des moyens permettant d’améliorer notre modèle de production et nos habitudes de consommation énergétique.

 

Conférence sur l’énergie en Afrique : l’investissement en question

Les énergies propres sont issues des ressources naturelles, en particulier, le soleil, l’eau et le vent. L’Afrique profite plus que les autres continents de ce type de ressources naturelles. Mais la technologie permettant l’exploitation de telles ressources et leur transformation en énergie est loin d’être bon marché.

Samukelo Madlabane Directeur de la Conférence

"La principale chose qui retient aussi notre attention est de savoir comment nous pouvons obtenir l’investissement qui nous permettra d’accroître la production énergétique en Afrique mais aussi sa capacité de distribution qui sont liées au développement de l’Afrique." "Ce que nous pensons pouvoir apporter en termes de capacité de production, grâce au seul nucléaire, coûte à la région mille milliards de rands, et malheureusement, à l’heure actuelle, le budget ne peut absorber un tel montant."

L’Afrique du Sud est riche du plus grand gisement de charbon dans le monde. 80% de l’énergie du pays sont issus du charbon. Dans un contexte d’intensification énergétique sur le continent africain, l’abandon des énergies fossiles n’est pas chose aisée. Malgré la difficulté, l’Afrique du Sud prévoit d’utiliser 30% d’énergies renouvelables avant 2025.

Samukelo Madlabane Directeur de la Conférence

"Nous avons introduit des producteurs énergétiques indépendants dans notre réseau et cela a ouvert notre bouquet énergétique à des sources renouvelables, comme le solaire ou l’éolien."

Obtenir l’investissement peut s’avérer être un défi mais le secteur des énergies renouvelables se développe rapidement. D’après les prévisions, en 2018, les 3 secteurs technologiques majeurs des industries propres, le photovoltaïque, l’éolien ainsi que les biocarburants représenteront quelque 325 milliards de dollars. Le passage aux énergies renouvelables pourrait d’ailleurs déboucher sur des créations d’emplois massives, un argument supplémentaire en faveur de l’investissement en Afrique.

Samukelo Madlabane Directeur de la Conférence

"L’Afrique du Sud, a par exemple, été capable de bâtir une nouvelle économie attachée aux technologies propres. De nombreux emplois ont été créés suite à notre insistance autour d’une production locale."

En 2007, les entreprises de techologies propres ont perçu un montant record de 148 milliards de dollars de fonds. La Chine est d’ailleurs perçue comme un marché des plus florissants dans le domaine des projets de technologies propres, un pays qui subit pourtant les taux de pollution parmi les plus élevés du monde.


Rédacteur: Juliette