Rechercher

Le Taiji au mont Wudang - 3 : Le Médicament

Source: CNTV | 04-16-2011 07:56

Taille du texte: T+ | T-  | Email

Chaque matin, le médecin taoïste Wang conduit ses disciples dans les montagnes pour collecter la rosée déposée sur les feuilles d’arbres et de plantes. Ils appellent cette rosée « l’eau du fleuve céleste ». L’emploi de cette eau dans la préparation de remèdes est un procédé secret des taoïstes, que les gens d’aujourd’hui considèrent plutôt comme un rite. Cependant, depuis des centaines d’années, les taoïstes du mont Wudang ont été toujours à la recherche des procédés secrets pour se procurer de l’énergie vitale du ciel et de la terre.

Zhang Qicheng, Directeur

Faculté de médecine et de pharmacologie traditionnelles chinoises

"L’ « eau du fleuve céleste » désigne la rosée qui n’est pas encore tombée sur terre. Ce terme a été mentionné pour la première fois par Bian Que, un légendaire médecin traditionnel chinois de la Période des Royaumes combattants (du 5ème au 3ème siècle av. J.-C.). Selon la légende, Bian Que, qui était alors un employé d’un petit hôtel, a fait connaissance avec un immortel nommé Chang Sangjun qui, voyant que Bian était un jeune homme honnête et généreux, lui a donné un remède en lui recommandant de l’avaler avec de l’ « eau du fleuve céleste »."

Toujours selon la légende, Bian Que, après avoir avalé ce remède, était capable de voir les organes intérieurs du corps humain, comme à l’aide des rayons X. Par conséquent, il était capable, disait-on, de guérir pratiquement toutes les maladies. A l’époque où les gens divinisaient le ciel et la nature, les taoïstes ont inventé toute une série de théories pour expliquer les rapports entre l’homme et la nature et les légendes ont reflété fidèlement leur pensée.

Zhang Qicheng

"Selon le taoïsme, « L'homme prend sa loi de la terre ; la terre prend sa loi du ciel, et le ciel prend sa loi du Dao ». Comme le ciel est le plus près du Dao, l’eau en provenance du ciel est la plus propre. Par conséquent, après avoir bu l’eau du fleuve céleste, l’homme est devenu propre et pur. Lao Zhi disait que « l’eau du fleuve céleste peut nettoyer toutes les saletés à l’intérieur du corps humain ». C’est pourquoi il accordait une importance particulière à cette « eau du fleuve céleste ». "

Selon la légende, sous les Dynasties du Sud et du Nord, il y avait sur le mont Wudang un taoïste nommé Liu He qui était capable de parcourir en un jour près de 200 km dans les montagnes pour cueillir des plantes médicinales. Puisque les montagnes y étaient hautes et les forêts denses et qu’il y avait des serpents venimeux et des animaux sauvages, les taoïstes du mont Wudang devaient obligatoirement apprendre les procédés pour cueillir des plantes médicinales et soigner les maladies. Ces procédés, qui étaient banaux aux yeux des taoïstes demeuraient mystérieux pour les empereurs et les gens ordinaires.