Rechercher

La révolution des transports en Chine

Source: CNTV | 11-10-2010 10:34

Taille du texte: T+ | T-  | Email

 

Charlotte Howard:
Plus que n’importe où à travers le monde, le vélo cède le pavé aux bus, trains et voitures en Chine. D’ici 2025, il pourrait y avoir 3 millions de bus et quelques 215 millions de voitures sur les routes. Ces chiffres évocateurs ne sont qu’une partie d’une révolution des transports qui redessine comment les biens et les personnes se déplacent à travers le pays. Toutefois, avec cette révolution viennent des impactes environnementaux négatifs et des niveaux d’émission de gaz carbonique substantiels. Cette émission se penchera sur ce qui se passe aujourd’hui en Chine et sur ce que le gouvernement fait pour restreindre les émissions de CO2 et pour introduire des technologies de transports écologiques. Je suis Charlotte Howard et vous regardez Objectif Chine.

Au cours des trois dernières décennies, la Chine a émergée comme l’économie à la croissance la plus rapide au monde. Ce processus a commencé en 1978 avec la réforme économique et la politique d’ouverture, lorsque le gouvernement chinois a fait de la croissance économique et de la hausse du niveau de vie deux de leurs objectifs premiers. Aujourd’hui, la Chine n’est plus un pays isolé, mais attire l’attention de la communauté mondiale en temps qu’acteur important sur la scène internationale.

Le développement économique rapide a aussi causé des dommages environnementaux inévitables. Aujourd’hui, la Chine dépend toujours massivement du charbon pour répondre à sa croissance et émet plus de CO2 dans l’atmosphère que n’importe quel autre pays, bien que sa contribution cumulative soit bien plus petite que la plupart des pays industrialisés. Partout à travers le monde, les ressources énergétiques s’épuisent rapidement et l’utilisation de carburants à base de carbone a causé des changements climatiques drastiques ayant des impactes sur la flore, la faune et les humains. La communauté internationale se penche de plus en plus sur la résolution de ce défi mondial, et avec le sommet sur les changements climatiques de Copenhague en 2009, plusieurs pays ont ciblé la Chine afin qu‘elle devienne un leader mondial. Le gouvernement chinois prend les changements climatiques au sérieux et s’est engagé à réduire les émissions de dioxyde de carbone de 40% par rapport aux niveaux de 2005, d’ici 2020.

Au cours des 30 dernières années, les citoyens chinois furent témoins d’une transformation économique sans précédent. L’achèvement de nouvelles infrastructures incluant des voies publiques et des autoroutes fut essentiel à la croissance économique du pays; tous deux pour assurer la circulation des biens, mais aussi pour répondre à l’augmentation quotidienne du nombre de véhicules particuliers sur les routes de Chine. Comme les Chinois ont découvert de nouvelles opportunités économiques à l’intérieur de leur pays, ils ont aussi découvert un tout nouveau consumérisme. Des usines qui autrefois produisaient des biens destinés seulement à l’exportation, découvrent soudainement un marché domestique grandissant. À la fin de l’année dernière, la Chine a déclassé les États-Unis en tant que plus grand marché automobile au monde, (00 :05 :59 : sous-titres : 13.79 millions) produisant plus de 13 millions d’automobiles. À Beijing seulement, depuis avril dernier, le nombre de nouvelles voitures a augmenté de plus de 10 milles et plus par semaine, et la ville affirme qu’il y a plus de 4,3 millions de voitures pour plus de 6 millions de conducteurs.

Zhang Jinzhu, professeur, Université Tsinghua :
Suite à la fondation de la RPC, les automobiles étaient considérées que comme des outils de production. Depuis l’application de la réforme et de la politique d’ouverture, les automobiles sont graduellement devenues une partie de la vie des gens, de pair avec l’amélioration des conditions de vie de la population. Dans les dernières années, l’industrie automobile s’est développée rapidement. L’année dernière, la production automobile et le volume des ventes en Chine arrivèrent au premier rang au classement mondial. Au même moment, l’industrie automobile fait face à beaucoup plus de pression quant à l’amélioration de l’efficacité énergétique et à la réduction des émissions de carbone.

Maintenant en Chine, plus de 20 millions de personnes possèdent un véhicule et leur nombre augmente rapidement. Afin de niveler les émissions de CO2, le gouvernement a imposé des normes d’efficacité énergétique strictes et offre également des subventions aux gens qui achètent des véhicules à faibles émissions. Comme vous pouvez voir aujourd’hui au salon de l’automobile de Beijing, les consommateurs peuvent venir et voir la dernière technologie en matière de véhicules à faibles émissions.

Dans les années 80, pour éviter les dommages environnementaux, la Chine, comme la plupart des pays, est passée des voitures à carburateurs aux IEC ou systèmes à injection électronique du carburant. L’injection est un système qui mélange le carburant avec l’air dans un moteur à combustion interne. Bien que la Chine soit peut-être derrière les États-Unis, le Japon et autres pays développés en terme de fabrication de véhicules alimentés au gaz, il y a espoir qu’elle puisse passer aux technologies courantes et devenir un leader mondial.