Préface

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a effectué une visite jeudi au sanctuaire controversé Yasukuni en dépit de la forte opposition des pays voisins.Il s´agit de la première visite d´un Premier ministre japonais en exercice au sanctuaire controversé depuis sept ans. L´ancien Premier ministre japonais Junichiro Koizumi s´y était rendu en août 2006.
La Chine a protesté dans les termes les plus fermes contre la visite par le premier ministre japonais Shinzo Abe au sanctuaire controversé de Yasukuni.

Réacations de la Chine

"Le peuple chinois ne peut pas être insulté, ni les peuples d’Asie et du monde entier être humiliés."

--Yang Jiechi,Conseiller des affaires d’Etat chinois

"Concernant toute action qui pourrait mettre en danger la sécurité nationale de la Chine, l’armée chinoise restera toujours en état d’alerte."

--Geng Yansheng,Porte-parole du ministère chinois de la défense

"La communauté internationale, doit accroître sa vigilance, et ne pas permettre au Japon de revenir sur les pas de son passé."

--Wang Yi, Ministre chinois des Affaires étrangères

"Dans le cas où il persisterait à mettre au défi la justice internationale, la conscience humaine,nous combattrons jusqu’à la fin."

--Hua Chunying,Porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères

"La visite au sanctuaire était un engagement que le Japon ne repartirait plus jamais en guerre."

--Cheng Yonghua,
L’ambassadeur chinois au Japon

Attitudes des japonais

"Le Japon devrait s’excuser sincèrement auprès de la Chine et de la Corée du Sud"

--Un Tokyoite

"Si cette tendance se poursuit, le Japon sera en guerre. C’est extrêmement dangereux."

--Citoyen japonais

"Si cette tendance se poursuit, le Japon sera en guerre. C’est extrêmement dangereux."

--Citoyen japonais

"Une position qui pourrait mettre de l’huile sur le feu dans les relations avec ses voisins et causer certaines tensions avec les états-Unis."

--Terrence Terashima